Histoire Arras





Histoire Arras


Arras était Nemetacum Atrebatum au temps de César et de la tribu des Atrébates.

Saint Vaast fonde une abbaye en 685.

Au IXe siècle, Arras devint la résidence privilégiée des comtes de Flandre.

Au XIIe siècle, la ville compte onze églises et développe son industrie drapière : les tapisseries d'Arras sont connues jusqu'en Italie sous le nom des arrazi.

Le Traité d'Arras de 1191 : le territoire actuel du département entre dans le giron du domaine royal.

La Paix d'Arras de 1435 : réconcilie les Valois de France et de Bourgogne, et met fin aux guerres commencées en 1345.

Tombe sous la souveraineté espagnole de 1526 (suite au Traité de Madrid) à 1598.

Arras est reconquise par Louis XIII en 1640.

Arras est assiégée par les Espagnols en 1654. Le rattachement à la France n'est définitif et ratifié qu'en 1659 par le traité des Pyrénées.

L'élection aux États généraux porte Robespierre au premier plan. Lors de la Révolution française, la municipalité est d'abord dirigée par Dubois de Fosseux, hobereau érudit, secrétaire de l'Académie d'Arras et futur président du Pas de Calais.
En compétition avec Aire-sur-la-Lys, Calais et Saint-Omer, Arras obtient finalement la préfecture du Pas-de-Calais.

Novembre 1793 à août 1794 : dix mois de terreur, Arras est sous la dictature de Joseph Lebon qui instaure des restrictions alimentaires, ordonne 400 exécutions et fait détruire de nombreux édifices religieux.


La Grande 14-18 inflige des destructions considérables à Arras : la ville était située à moins de 10 km du front

La ville sera reconstruite à l'identique.



Le contact

Accueil Arras

sur le forum : fermette à moins de quinze kilomètres d'Arras
LIRE PROPOS et commentaires.


En 1993, il a quitté Arras pour le Lot... Il vous raconte ses difficultés avec les élus...

La chaîne de Stéphane Ternoise :